Le directeur de la rédaction du quotidien Le Monde décède

302

Le directeur de la rédaction du quotidien Le Monde décède

Publié le 27 novembre 2012 à 19h15 | Mis à jour le 27 novembre 2012 à 19h15

Le directeur de la rédaction du quotidien français Le Monde, Erik Izraelewicz, est décédé brutalement mardi à l’âge de 58 ans, a annoncé à l’AFP le président du directoire du groupe Le Monde, Louis Dreyfus.
Le journaliste, spécialiste d’économie, était également vice-président du conseil de surveillance des hebdomadaires Télérama et Courrier international. Il avait été nommé à la tête du Monde en février 2011.
«Erik a eu un malaise en fin d’après-midi à la rédaction (boulevard Auguste Blanqui, dans le 13è arrondissement de Paris, ndlr), il a été pris en charge au journal puis hospitalisé à la Salpêtrière où il est mort en début de soirée», a-t-il déclaré, sans préciser la cause du décès. «Demain, le journal sera sous le choc».
Avant de prendre les rênes du Monde, Erik Izraelewicz avait fait toute sa carrière dans les rubriques économiques et avait dirigé les rédactions des deux quotidiens économiques français, Les Echos d’abord, La Tribune ensuite.
Ce natif de Strasbourg au brillant parcours académique (HEC, Centre de Formation des Journalistes, docteur en économie) avait commencé sa carrière à l’hebdomadaire l’Expansion avant de participer à la création, en 1985, du quotidien économique la Tribune.
En 1986 il avait rejoint le quotidien Le Monde où il a passé près de 15 ans. Il y a notamment dirigé le service économique et occupé les postes de correspondant à New York et de rédacteur en chef.
De 2000 à 2008, il exerce des postes à responsabilité au sein du journal Les Echos, qu’il avait quitté pour revenir à La Tribune en tant que directeur, après son opposition au rachat du journal par Bernard Arnault (LVMH).
Ses anciens collaborateurs le décrivent comme une personnalité extrêmement sensible et réservée, tout en soulignant un réel charisme. «Ca peut sembler paradoxal, mais «Izra» était à la fois d’une pudeur extraordinaire et un homme de pouvoir», dit de lui un journaliste qui l’a longtemps côtoyé.
Travailleur acharné, il avait écrit plusieurs ouvrages dont deux sur la Chine (Quand la Chine change le monde en 2004 et L’Arrogance chinoise en 2011, tous deux chez Grasset), un pays qui le passionnait.
Le président français François Hollande a exprimé sa «profonde tristesse» et rendu hommage à «un économiste réputé, un professionnel reconnu et un homme aussi exigeant que généreux». «La France perd un journaliste de grand talent, respecté de tous», ajoute le président dans un communiqué.
«Curieux, engagé et rigoureux, Erik Izraelewicz était un esprit éclairé qui a marqué la presse économique puis le Monde qu’il a su guider notamment dans les Enjeux du numérique. Son décès est une grande perte pour la presse et le monde des idées», a pour sa part déclaré la ministre de la Culture Aurélie Filippetti.

Leave A Reply

Your email address will not be published.